Promenade
Photo © Rémi Salvadore texte © Benoît Lesne

1 Brétonnière Le platane de la Patience

Le platane de la Patience, du nom de la place du même nom, dans le quartier de St Joseph de Porterie, a été planté vers 1820. Sa hauteur est de 36 mètres et la circonférence de son tronc de 700 cm à 1 mètre du sol. Il devrait plutôt porter le nom de platane de Launay, puisque c'était le nom de la propriété dans lequel il a été planté au début du 19ème siècle.

Dans les années soixante, les Castors de l'Erdre ont créé une cité ayant pour nom " Cité Jardins Le Launay ", située dans les terrains du chemin du Millau, près de la route de St Joseph. Ayant acheté un terrain sur lequel est édifié le petit château de Launay, où était installée l'école ménagère des filles de l'école professionnelle Launay, les Castors eurent pour premier travail le déboisement de la propriété. Le bois, devant servir au coffrage des constructions, fut débité dans un atelier de menuiserie construit sur place, à proximité du platane placé à l'entrée de la propriété.

Ce platane avait été préservé, de même qu'un saule pleureur planté paraît-il sous Napoléon (article" Résistance de l'Ouest " de l'époque).

Des soins attentifs doivent être prodigués au platane de la Patience pour prolonger ses vieux jours :

Fin des années 1980 : mise en place de drains, au niveau de cavités dans le houppier, afin d'obtenir un meilleur écoulement des eaux de pluie.

Octobre 1994: enlèvement de bois mort dans le houppier.

Juin 1995: suppression de champignons polypores au niveau d'anciennes coupes et désinfection, nettoyage des cavités et création d'exutoires pour éviter la stagnation de l'eau pouvant entraîner la formation de "cheminées ".

Automne 1995: taille d'allègement sur l'ensemble du houppier (30% du volume) sans réduction de la couronne; abaissement de la prise au vent et du poids afin d'éviter des bris de branches ou de charpentières.

Enfin tendre vers une gestion plus forestière sous l’emprise de l’arbre et maintenir un entretien classique sur la périphérie. Réaliser un inventaire annuel de la diversité floristique.