Promenade
Photo © Benoît Lesne texte © Mémoire Nantes Sud

10 Sevre Rive Droite Les usines de la Morinière

Sur l'autre rive de la Sèvre, on aperçoit, par dessus les frondaisons d'un beau parc public, une haute cheminée en briques rouges, marquée des intitiales SN (Société Nantaise de produits chimiques). Elle est le vestige de la dernière usine installée sur le site qui fonctionna de 1894 jusqu'à la Première Guerre Mondiale.

Dès le XVIIIe siècle, la présence du petit port permettait le transport des produits industriels et les usines se sont succédées sur la rive gauche, plus escarpée que la rive nantaise.

L'année 1837 marqua l'installation de la première savonnerie de la région nantaise. Le recours à de l'huile de palme importée d'Afrique était devenu plus rentable que l'huile d'olive et les savonneries nantaises purent alors concurrenelles de Marseille

La savonnerie laissa place en 1848 à la tannerie-corroierie d'Henri Suser. En 1861, l'usine comptera près de 900 ouvriers et deviendra la seconde entreprise du département en terme de chiffre d'affaires. Spécialisée dans la fabrication de semelles et chaussures en cuir, elle connaîtra son apogée au cours de la guerre franco-prussienne de 1870 en confectionnant des guêtres pour les soldats. Henri Suser profitera de cette période pour faire construire le manoir dit du « petit Choisy », toujours visible actuellement.

Après son rachat par la Ville de Rezé, la propriété est devenue un «parc public et jardin public botanique» ouvert en 1977, et l'été venu, le rez de chaussée du manoir est un lieu d'exposition.