Promenade
Photo © Benoît Lesne texte © Mémoire Nantes Sud

9 Sevre Rive Droite Angélique des estuaires et Scirpe triquètre

Une des particularités de la Sèvre nantaise, entre Nantes et Rezé, est de bénéficier du balancement des marées.

Ce milieu particulier permet le développement, au sein de groupements de grandes herbes (mégaphorbiaies), de l'angélique des estuaires Angelica heterocar.

Cette plante est endémique des grands estuaires de la façade atlantique française, c'est-à-dire qu'on ne la trouve dans le monde que dans l'estuaire de la Loire, de la Charente, de la Gironde et de l'Adour. Elle est protégée à ce titre.

Description: plante pluriannuelle, à tige de 1 à 2 mètres et plus, creuse, lisse, excepté dans le haut où elle est cannelée et rude pubescente Les feuilles composées sont très grandes, munies de folioles ovales-lancéolées, plus ou moins atténuées ou en coin à la base, vert fonçé et luisantes en dessus, à dents terminées en pointe blanchâtre translucide. Les fleurs blanches sont petites et réunies en ombelles. Elles portent 5 pétales à pointe recourbée en dedans, donnant des fruits ovales à elliptiques-oblongs, munis d'ailes latérales épaisses, plus étroites que le corps du fruit.

Plus bas sur la berge, on rencontre le scirpe triquètre Scirpus triqueter qui est une autre plante protégée cantonnée dans la région à l'estuaire de la Loire.

Description: plante vivace dont la souche est constituée de rhizomes rampants, qui forment au printemps de nombreuses tiges, dressées et lisses, d'une hauteur de 50 cm à 1 m de hauteur (parfois 1,5 m). La tige est trigone, c'est-à-dire à 3 angles très nets, délimitant 3 faces planes. Chaque tige est munie à la base de 2 à 3 gaines courtes, la supérieure terminée en limbe court foliacé. L'inflorescence est formée de nombreux épillets assez gros (5 à 8 mm), roussâtres, ovoïdes, réunis en glomérules au bout d'une ombelle latérale un peu lâche ou compacte, longuement dépassée par une bractée qui prolonge la tige.