Promenade
Photo © IGN texte © Francis Peslerbe

4 Erdre Jonelière, Censive, Barboire, Chevalerie

Jonelière

La Jonelière est la contraction de Jean Nillière, propriétaire, au XVème siècle, de ce domaine au bord de l'Erdre.

Au cours du temps, Jean Nillière est devenu Jeannilière puis Jonnelière. A la fin des années soixante, La Jonnelière a perdu une lettre "n". Pourquoi ? Sans doute à la suite d'une erreur des des services techniques de la ville lors de la pose des premiers panneaux de la signalétique...

On retrouve des évolutions orthographiques pour d'autres lieux-dits, sans en connaître l'origine : La Chevallerie est par exemple devenue La Chevalerie.

Censive ou Sensive ?

Au moyen-âge, une censive est une terre concédée moyennant un impôt, le cens, payé annuellement au seigneur.

On peut penser, que les seigneurs de la Bouëxière (Boissière aujourd'hui) et du Tertre concédaient des censives aux paysans. Selon l'importance de la censive, il y a eu la grande Censive et la petite Censive et encore la Censive du Tertre. Oubliant l'origine de ces noms, la signalétique de la ville écrit indifféremment Censive ou Sensive.

Barboire

La Barboire est un bel exemple d'évolution d'un nom. A l'origine, ce nom faisait référence au chevalier romain Balbus, installé avant l'ère chrétienne à proximité de Launay Violette.

Les villages de la Chevallerie, Grande Sensive, Launay Violette et Barboire regroupaient les paysans exploitant les terres qui jouxtent la Jonnelière.