Promenade
Photo © Jacques Soignon texte © Wikipedia

1 Chézine Dervallières Château des Dervallières

Au XVe siècle, la seigneurie des Dervallières est détenue par la famille de Derval, une branche de la maison de Dinan-Laval. Les Derval ont une demeure au centre de Nantes, le manoir de Derval, aujourd'hui intégré dans les bâtiments de l'hôtel de ville, et une résidence de campagne, les Dervallières, dont ils seront à l'origine de la construction.

Le fief, pourvu du droit de haute justice, s'étend de la Contrie aux seigneuries de la Garoterie (à Saint-Herblain) et de Carcouet (à Chantenay). En 1494, Françoise de Dinan, comtesse de Laval, acquiert le domaine qu'elle donne ensuite à Jean François de Cardonne, receveur général des Finances du duché de Bretagne, décédé en 1539. Lui succèdent, Joachim Tissart, époux d'Anne de Cardonne en 1540, puis François d'Argy en 1557. En 1573, c'est Claude d'Argy, épouse de René du Breil, seigneur de Liré, gentilhomme ordinaire du roi de France, qui est dame des Dervallières1 et propriétaire de l'hôtel des Derval.

En 1578, les propriétés sont revendues. La seigneurie des Dervallières passe à Georges Morin, sieur du Chapeau, trésorier de Bretagne, et à Claude Morin, épouse de Charles de Maillé, puis, en 1600, à Urbaine de Maillé, épouse de Jean-François Bonnin. On le trouve ensuite par alliance aux mains des Bonnin de Messignac, seigneur de Chalucet (en 1678, Charles Bonnin de Messignac), qui le cèdent en 1699 à Louis Daussain.

En 1701, Jean Ier Stapleton, riche Irlandais de Nantes, propriétaire de grands domaines à Saint-Domingue, le rachète pour le prix de 64 000 livres et l'agrandit, pour son fils Jean II Stapleton (1696-1776), l'époux d'Anne O'Shiell.

Dans les années 1820, à côté du château des Dervallières, la famille Guillet de la Brosse fait construire une nouvelle maison noble en tuffeau. La propriété est constituée de nombreuses dépendances, d’écuries, de serres, de jardins et de bois.

Dans les décennies 1950 et 1960, un ensemble de HLM est construit sur le site des Dervallières. Le château du XIXe siècle est détruit dans les années 1980. De l'ancien domaine, subsistent aujourd’hui une partie du parc, le pigeonnier, le bassin et la façade du pavillon central.

Le chateau des Dervallieres
Le château des Dervallières Photo Wikipedia Aujourd'hui ne subsiste qu'une partie de la façade.