Collections végétales

Les magnolias caducs

x soulangiana "André Leroy"
  • Les Soulangianas
  • Hybride obtenu en 1826 par le Chevalier Soulange-Bodin dans le parc de son château de Fromont près de Ris-Orangis.
    La plante résulte de la fécondation d’une fleur de Magnolia Yulan DC (M. denudata) par du pollen de Magnolia obovata var. discolor (M. purpurea).
    Le nouvel hybride est dénommé Magnolia x soulangiana Soul.-Bod. par la Société Linnéenne de Paris.
    Très rapidement, les semis réalisés par Soulange Bodin et par d’autres pépiniéristes donnèrent de nouveaux cultivars constituant une gamme particulièrement remarquable.
kobus var.loebneri
  • Les Magnolias étoilés
  • Dans la nomenclature complexe et évolutive des magnolias, M. stellata a d’abord été considéré comme une espèce à part entière avant de n’être considéré qu’en tant que variété de M. kobus.
    Généralement les M. kobus et les M. loebneri (M. kobus X M. stellata) sont considérés comme de petits arbrisseaux finement et densément ramifiés alors que les M. stellata dépassent rarement la taille d’arbustes.
x "Marillyn"
  • Les Devos & Kosar
  • C’est en 1955 que le Docteur Francis Devos, généticien à l’US National Arboretum entreprit un programme d’hybridation entre M. liliiflora " Nigra " et M. kobus var. stellata " Rosea " afin d’obtenir des variétés conjugant la floribondité et l’épanouissemnt tardif.
    En 1956, William Kosar, horticulteur à l’U. S. Nal Arboretum, reprit le programme en incluant parmi les géniteurs M. kobus stellata " Waterlily " et M. liliiflora reflorescens. Ces obtentions sont, depuis, commercialisées sous le nom des " 8 petites filles " (Ann, Randy, Judy, Ricki, Betty, Jane, Susan et Pinkie).
campbelli var. mollicomata
  • Les Campbellii
  • Magnolia campbellii a été découvert en 1838 sur les pentes de l’Himalaya du Népal au Yunnan. Il forme d’épaisses forêts qui se couvrent de fleurs roses au printemps.
    Les campbellii sont des arbres vigoureux pouvant atteindre 25 à 30 mètres de haut.
    Les fleurs de M. campbellii varient du blanc au pourpre, malheureusement, leur floraison trop précoce les soumet aux gelées printanières.
x Gresham "Manchu Fan"
  • Les Greshams
  • On ne dira jamais assez ce que les magnolias doivent à Todd Gresham. Ce californien en fut l’un des principaux hybrideurs. De 1955 à 1965, il multiplia les essais en fécondant soit des fleurs de M. liliiflora, soit des fleurs de Soulangiana Lennei alba avec du pollen de M. x Veitchii (M. x campbellii x M. denudata). Le choix des géniteurs n’est pas dû au hasard. Todd Gresham a cherché à regrouper dans un même hybride la grandeur des fleurs, les coloris et la vigueur de M. campbelli avec la rusticité et la floribondité de M. denudata et M. liliiflora. (Heaven Scent, Crimson stipple, Sayonara, ...)
x "Ultimate Yellow" (ou acuminata x (denudata x acuminata subcordata))
  • Les Magnolias jaunes
  • Les obtenteurs ont recherché dans les espèces botaniques les gènes qui leur permettront de diversifier la gamme de couleur des fleurs.
    Chez le Magnolia, c’est l’espèce M. acuminata , et plus particulièrement M. a. cordata, qui donnent naturellement des fleurs jaune verdâtre de petite taille. Bien que M. acuminata " Golden Glow " et M. a. " Koban dori " présentent déjà des fleurs plus jaunes, le travail des généticiens va viser par des croisements successsifs à améliorer l’intensité du coloris et la taille des fleurs.
    C’est l’hybridation avec M. denudata qui a donné les résultats les plus prometteurs: x " Butterflies ", x " Elizabeth ", x " Ivory Chalice ", x " Sundance ", x " Yellow Fever ".
    De bons résultats ont aussi été obtenus avec M. x " Yellow Bird ", hybride entre M. acuminata et M. x brooklynensis " Evamaria ".
    Avec M. x Veitchii " Peter Veitch ", on obtient un hybride Curly Head aux couleurs variant du rose pastel au jaune.