Collections végétales

George Joseph Kamel ou la fin d'un mythe

Texte Roland Jancel

Mais d'où vient le nom « CAMELLIA » ?

Si on en croit la tradition reprise dans de nombreux ouvrages, c'est le botaniste Karl Linné qui dédia la plante au père jésuite Joseph Kamel pour avoir introduit le Tsubaki en Europe en 1739.
Les faits et les dates viennent malheureusement démolir cette belle « Image d'Epinal ».

George Joseph Kamel naît à Brünn en Moravie le 12 avril 1661. Très tôt, il consacre sa vie à la religion et est admis à la Compagnie de Jésus qui l'envoie évangéliser les Philippines. En plus de son activité missionnaire, notre jésuite se livre à d'importants travaux de botanique, collectant, décrivant les plantes, recherchant leurs propriétés médicinales, expédiant les échantillons ; il accomplit une tâche considérable.
La notoriété du père Kamel est confirmée par la copieuse correspondance qu'il échange avec les grands botanistes de l'époque (dont John Kay). Il signe son courrier : Pater Camellus.
Le père Kamel meurt à Manille en 1706 et il faut attendre 1712 pour qu'Englebert Kaempfer décrive sans les dénommer deux espèces de Tsubaki observés lors d'un voyage au Japon. C'est à partir du travail de Kaempfer que le suédois Linné va situer le Tsubaki dans sa classification binomiale. Pour rendre hommage à l'oeuvre botanique du père jésuite, Linné lui dédie le nouveau genre en 1735. Ce n'est pas le moindre paradoxe de cette curieuse histoire car le père Kamel n'a sans doute jamais vu le Camellia, celui-ci ne poussant pas aux Philippines. Par ailleurs, il n'a jamais rencontré Linné puisqu'il est mort un an avant la naissance de ce dernier, en 1707.