Météorologie

Action du froid

Les mécanismes de résistance des végétaux

La température agit sur les fonctions de la plante et au-dessous de 0°C, celles-ci sont très ralenties (respiration - photosynthèse ...).
Les plantes vont progressivement s'adapter à cette baisse de température en se mettant en repos (ceci étant particulièrement vrai chez les espèces caduques).
Généralement, la mort des végétaux intervient par congélation des liquides internes, il y a alors cristallisation de l'eau dans la vacuole et éclatement des cellules.

Pour réagir contre ce danger, la viscosité des liquides cellulaires va être augmentée, ceux-ci vont s'épaissir et circuler de moins en moins vite. La concentration augmentant, le point de congélation est ainsi abaissé.
Ce mécanisme de régulation est plus ou moins efficace selon les végétaux et les températures minimales léthales ( qui entraînent la mort) sont très variables. Ainsi, certains lichens peuvent supporter des températures allant jusqu'à - 40°C, tandis que certaines plantes tropicales dépérissent à + 5°C.

Il est remarquable de constater que bon nombre de végétaux touchés par le gel sont des espèces persistantes ; en effet, celles-ci ne se mettent pas en repos pendant l'hiver. La mort peut intervenir alors soit par congélation interne, soit par déshydratation. En effet, lorsque l'air est froid et sec et que l'intensité lumineuse est importante, la plante continue de transpirer par ses stomates (minuscules orifices à la surface des feuilles que l'on peut comparer aux pores de notre peau) ; par contre, le sol étant gelé, les racines sont incapables de prélever l'eau et les sels minéraux indispensables. Il y a donc déséquilibre hydrique. Ceci explique que pour prévenir ce type d'accident, les Américains vont jusqu'à préconiser aux possesseurs de Camellia de bien les arroser avant l'hiver si l'automne est sec. Une autre façon d'éviter ce phénomène est d'empocher ou de limiter la transpiration des végétaux.

La durée du gel peut importer quelquefois autant que l'intensité du froid. On sait ainsi que le Cactus Géant du Mexique (Cereus giganteus) peut résister à des températures de - 5°C pendant 19 heures; au-delà, les mécanismes de résistance ne fonctionnent plus et la plante meurt.

L'endurcissement au froid est également temporaire, c'est pourquoi dans nos régions lorsque les températures de l'hiver réapparaissent accidentellement au printemps, ce peut être catastrophique car les premières chaleurs ont favorisé l'éclosion des bourgeons qui ne sont plus armés pour résister au froid.
La vigne supporte - 20°C en plein hiver, mais une gelée de printemps à - 2°C peut supprimer tous les fruits pour l' année.

Enfin, ceci explique également que certaines plantes de l'hémisphère Sud ne peuvent s'acclimater sous nos climats car elles conservent leur rythme de végétation et peuvent se trouver en plein débourrement au milieu de l'hiver ! (ce qui correspond à l'été sous ces climats).