Météorologie

Gel Janvier 1985

Carte de France avec les températures minimum enregistrées
Voilà un mois de janvier dont on se souviendra, car il faut remonter à 1956 pour retrouver de telles températures. Ainsi, le 6 au matin, le mercure du thermomètre s'aventurait jusqu'à -13° C, la ville était alors paralysée par le froid et les plus téméraires traversaient la Loire à pied sec. Qui n'a alors vitupéré contre une canalisation rompue, un moteur asphyxié ou une serrure bloquée.
Le froid à travers quelques chiffres :
Il apparaît que l'ouest a été une région particulièrement favorisée puisque lorsqu'à Nantes nous atteignions -13°C., à Grenoble, les températures étaient quasiment polaires avec -25°C. (pour mémoire, à Nantes, les températures les plus basses jamais enregistrées l'ont été en 1895 avec -15°C et en 1956 avec -15° 6C).
Même la Côte d'Azur, jusqu'alors bien préservée par le gel, a battu un triste record avec -7°C. à Nice. Notons d'ailleurs que les températures les plus clémentes ont été observées à l'Ile d'Ouessant et Ajaccio avec -4°C.
Pendant cette même période, les chutes de neige ont également été exceptionnelles puisque pendant 12 jours le sol a été recouvert par au moins 4 cm de neige (chiffre officiel ne tenant pas compte des phénomènes locaux de congères).
Mais certains se rappellent encore l'hiver de 1946 où il est tombé jusqu'à 27cm.
Notons un fait d'importance la neige n'a commencé à tomber qu'à partir du 7 janvier. Or le minimum thermique a été enregistré le 6. Ceci revient à dire que les végétaux se sont trouvés sans protection au moment où la température était la plus basse. En effet, la neige joue le rôle d'isolant thermique.
Carte du département de Loire-Atlantique avec les températures minimum enregistrées