Environnement

Pesticides

Limité auparavant aux écoles, crèches, parcs jardins, squares et les pieds d’arbres des rues, l'engagement a été étendu à l’ensemble de l’espace public, y compris les trottoirs.
  • La quantité de pesticides répandus dans les sites dont le SEVE a la gestion, a diminué en 2013 par rapport à 2014 de 45%, depuis 2002, c’est une baisse d’environ 93 % du volume global que nous enregistrons toutes typologies de produits confondues.
    Calcul basé sur une consommation en L/Kg par an.
  • Les chiffres sont très similaires pour Nantes métropole, sur l’espace public.
    Ce service a mis en place un « référentiel nettoiement » pour amorcer une démarche qualité auprès de leurs agents. Des formations en partenariat avec le seve sont engagées pour améliorer la prise en compte de la végétation sur l’espace public et reconnaitre les plantes à conserver ou à éradiquer en toute connaissance, fiches, photos, visites de terrain avec un botaniste.
  • Lorsque l’emploi des pesticides est incontournable (certains cimetières, service de la production…), un outil d’aide à la gestion a été crée : le Plan de Désherbage ou Plan de Gestion de l’Herbe en ville… Celui-ci est à la fois un outil réglementaire mais aussi un outil pédagogique.
  • En parallèle, et pour pallier à la diminution des herbicides notamment, nous travaillons à la mise en place d’alternatives (de type mécanique, à gaz, à vapeur…), correspondant par la même occasion aux principes de la gestion optimisée. Par ailleurs, des essais avec des produits plus respectueux de l’environnement sont testés.
La quasi disparition des matières actives de pesticides, a mis en évidence la réapparition progressive d’une certaine ‘’flore urbaine’’, et donc l’amélioration de la biodiversité nantaise.
Au départ de la démarche, le Jardin des Plantes a réalisé des inventaires et suivis de la biodiversité sur 13 sites pilotes sur les trottoirs de la Ville de Nantes.
Depuis, ces actions se sont pérennisées et des trottoirs sont maintenant totalement enherbés, les surfaces sablées sont elles même redevenues des pelouses sèches. Si nécessaire des réaménagements sont effectués pour accompagner cette transition allant jusqu’à engazonner les sites ou développer des mélanges terre pierre de façon plus systématique.
  • L’éco conception prend en compte cette problématique dans les projets et prévoit des espaces soit imperméabilisés dès la réalisation soit au contraire une gestion de l’herbe maîtrisée et assumée.
  • Enfin le seve a réduit drastiquement l’utilisation des autres pesticides. Seules les espaces de production et des difficultés ponctuelles peuvent justifier l’utilisation d’insecticides et de fongicides.
  • Les solutions alternatives type Protection Biologique Intégrée sont systématiquement étudiées auparavant, et nous sommes membre actifs du groupe de Plantes et Cité sur le sujet. A titre d’exemple, la roseraie de la Beaujoire a banni les insecticides et les herbicides depuis 2009.
  • Observations, évaluations des limites et des risques à traiter ou non sont effectuées et l’usage d’auxiliaires est courant sur les arbres d’alignement, les serres de collection et les massifs des parcs et jardins. Enfin des méthodes issues de l’écologie sont mises en place : gites et appui de plantes hôtes, abris pédagogiques à insectes, plantes associées sont mises en place….
  • La présence de ruchers dans les espaces verts mais aussi en ville (toitures, balcons..) a également permis de sensibiliser sur des pratiques plus douces et sur l’abeille sentinelle de la qualité de l’environnement.